Skip to Content

Blog Théâtre et Opéra

Théâtre et Opéra cristallisent actuellement les enjeux interculturels : par leur hétérogénéité essentielle (texte, scène, musique, danse), par leur dimension multilingue et multimédia, ils constituent un prisme fascinant pour penser le dialogue des cultures et la mondialisation. A travers ce blog, les étudiants du Master Pro MCEI annoncent des productions, analysent des représentations, rencontrent des professionnels du spectacle vivant.

Tous à l'Opéra !

Un week-end entier dédié à l’opéra, les 8 et 9 mai 2010. L’un des rares moments possibles dans l’année pour véritablement entrer dans ce monde si particulier et si peu ouvert au public. Sur le thème des « Passerelles », l’univers de l’art lyrique se dévoile pour la quatrième édition. Après Nathalie Dessay, Roberto Alagna et Rolando Villazon, c’est au tour de la mezzo soprano Béatrice Uria-Monzon de parrainer cette manifestation.

Rencontre avec le baryton David Serero

Il est des rencontres qui surprennent et enchantent ; celle-ci en fait partie.
Atypique, tel serait le mot qui caractériserait David Serero si on devait le décrire. Ce jeune artiste de vingt-huit ans qui gagne à être connu et reconnu a plus d’une corde à son arc : comédien, chanteur d'opéra depuis huit ans seulement, il parcourt autant les scènes internationales que parisiennes. Avec simplicité, modestie et humour, il revêt l’habit de l’interviewé et se prête au jeu. Découverte d’un baryton au parcours artistique diversifié, aux idées débordantes et éclectiques. Un artiste du peuple qui reste avant tout proche du public.

Premier Festival d'Art Lyrique en Ile-de-France

Affiche-festivalVFQue les amateurs d’art lyrique et les artistes se réjouissent, l’Ile-de-France possède enfin son festival ! Cela manquait au répertoire des manifestations musicales, mais c’est chose faite. Sous l’impulsion de l’association rueilloise Opéra Bel Canto (92), les Envolées Lyriques voient le jour. Une première innovante qui s’inscrit dans un but bien précis : faire découvrir et faire vivre au plus grand nombre la passion de la musique et de la voix. Cette ambition, chère à cette association, se double du concept dîner-concert où artistes et spectateurs pourront se rencontrer ; par cette proximité et ce partage réciproque, l’occasion nous est donnée de côtoyer de jeunes talents – Agnès Amati, Erminie Blondel,  Aurélie Magnée, Antonio Pereira, David Serero – destinés à un brillant avenir et des artistes confirmés qui se produiront sur scène - André Cognet et Elisabeth Vidal.

Ciné-concert au Balzac : Faust de Murnau

C'est dire si Murnau aime explorer l'univers des personnages maléfiques. Aprés Nosferatu, c'est Méphistophélès qu'il a mis en scène dans Faust. Et aujourd'hui, grâce à un partenariat avec le Théâtre de l'Athénée, qui nous avait présenté un autre grand nom du diable : Nick Shadow, sorte de Faust "don-juanisé" dans The Rake's Progress d'Igor Stravinsky, c'est dans un concept de ciné-concert que nous allons redécouvrir un des grands classiques du cinéma muet. Pour cela, deux interprètes musicaux, deux frères : au piano, Rami Khalifé, qui, à 25 ans, enregistre déjà son troisième album : le concerto n°5 pour piano de Prokofiev, et Bachar Khalifé, diplômé du Conservatoire National de Paris, aux percussions.

Que du bonheur !

La comédie musicale La Mélodie du bonheur s'est invitée au Théâtre du Châtelet pour une première en France. Une histoire idyllique, un brin kitsch et sentimentale, un moment idéal pour les fêtes de fin d'année. Inspirée de l'histoire authentique de Maria Augusta Von Trapp, l'ultime création de Rodgers et Hammerstein fut présentée à Broadway en 1959. Cinquante ans après le succès triomphal de la comédie musicale à Broadway, La Mélodie du bonheur annonce son retour dans une mise en scène signée Emilio Sagi. Ce spectacle nous emporte par sa légèreté et ses mélodies, même si l'histoire se déroule dans une Autriche annexée par l'Allemagne nazie.

La petite musique de nuit du Châtelet

Dans la lignée de The Sound of music, le Théâtre du Châtelet propose une création inédite en France, A Little Night music, chef-d'œuvre de la comédie-musicale.

B comme Bergman.
A little night music est directement inspirée du film Sourires d'une nuit d'été du réalisateur suédois. Sondheim reprend l'intrigue, les chassées-croisés amoureux des personnages dans un décor qui rappelle aussi La Règle du jeu de Renoir ou l'Ivanov de Tchekhov.

Quand la Commedia dell’arte investit la Comédie Française

Vous désirez faire des économies ? Harpagon vous donne le mode d’emploi dans la nouvelle mise en scène de L’Avare à la Comédie Française jusqu’au 21 février. Dans son plus bel apparat, celui du Pantalone libidineux, porté sur la chair fraîche et dont le goût de l’argent fait le malheur de ses enfants, Denis Podalydès court, saute, bondit, se faufile entre les minces barreaux de la fenêtre à la recherche de sa cassette d’or et sombre dans la paranoïa : ses enfants, les valets, le public, tous des voleurs potentiels ! La metteur en scène Catherine Hiegel revisite ce classique du répertoire et apporte un souffle burlesque au personnage de Molière.

Entretien avec Monica Waitzfelder, assistante à la mise en scène pour "Salomé"

 


Attachée pendant 19 ans à l'Opéra de Paris, Monica Waitzfelder a mis en scène des grands classiques du spectacle lyrique comme Carmen, La Flûte enchantée ou Parsifal, elle travaille aujourd'hui au côté de Lev Dodin pour Salomé. Passion de la mise en scène et oeuvres de prestige.


MCEI : Comment avez-vous appréhendé la mise en scène de Salomé, et quel a été votre travail sur cette oeuvre ?
M. W. : Avant d'aborder le travail sur une oeuvre, j'écoute d'abord plusieurs fois la musique, je m'en imprègne, puis je lis la partition, plusieurs fois aussi, et j'essaie de me figurer pour chaque mesure ce qui peut se passer sur scène.

« Mozart Café Opéra », l'art lyrique revisité

Mozart café opéraNovice, amateur ou spécialiste ? Avec ce chassé-croisé lyrique, initiez-vous à l’univers mozartien ou révisez vos classiques. Un parcours original, où tourbillonnent l’amour, la jalousie, la trahison et la vengeance, traverse les opéras du Maestro. Don Giovanni en personne, Chérubin, des Noces de Figaro, Papageno, de La Flûte enchantée, Leporello, de Don Giovanni, en passant par une Pamina mélancolique et amoureuse et une Zerline espiègle, ces personnages reprennent vie sur une même scène en se croisant tour à tour dans un café : entremêlement d’extraits célèbres, d’airs un peu plus rares et de saynètes théâtrales pour lier l’action.

Ballets russes à l'Opéra Garnier

Les étoiles, les premiers danseurs, le corps de ballet et l'Orchestre national de Paris accompagnent le centenaire de la première saison des Ballets russes à Paris (1909) à l'Opéra Garnier. Lancée au Théâtre du Châtelet, la compagnie de Serge Diaghilev donne dix-neuf saisons de spectacles et remporte un vif succès. Nées d'une collaboration de l'élite artistique prestigieuse de l'époque, quatre oeuvres essentielles seront réunies pour nous faire revivre ce qui fut l'une des aventures les plus insolentes du siècle dernier. Cette consécration célèbre des ouvrages d'esthétique très diversifiée, du romantisme épanoui du Spectre de la rose, dans une chorégraphie de Mikhaïl Fokine, à un érotisme fauve transporté par la musique audacieuse de Debussy dans L'Après-midi d'un faune et à la fête tragique de Petrouchka, sublimée par le compositeur Igor Stravinsky, en passant par l'évocation espagnole dans Le Tricorne, présenté dans le décor et les costumes de Pablo Picasso.

Syndiquer le contenu