Double Ligne Indéterminée – Bernard Venet

mar, 02/17/2015 - 13:04 - Charlène Bouchard

 

L’art qui donne le « tournis » (Reyanna, 7 ans)

 
L’œuvre: 
 
Double ligne indéterminée de Bernard Venet est une sculpture monumentale de 12 mètres de hauteur en acier peint  commandée par la ville de la Défense.
Elle y est d’ailleurs créée et installée en 1988 dans le quartier Michelet (esplanade sud de la Défense). Cette sculpture abstraite est composée de deux lignes enchevêtrées qui se jouent de la gravité, et dont la perspective, variable selon les points de vue, ne permet aucun repère dans l’espace.
Cette installation provoque au premier regard un choc visuel. En effet, elle pousse à l’extrême le concept de contraste entre l’œuvre et son contexte. Ces deux lignes qui s’élancent vers le ciel se mêlent à l’alignement des tours de verre et d’acier. L’œuvre donne donc à l’espace public une atmosphère psychédélique et chaotique puisque l’œil n’a aucun point de repère et que ce tourbillon semble nous aspirer.
 
Double ligne indéterminée, comme l’ensemble des œuvres de l’artiste possède une grande force visuelle dont la répétitivité du style prend sens dans l’exploration de concepts arithmétiques, géographiques… Elle procède d’une esthétique radicale, souvent controversée notamment par l’aspect rouillé et usé des grandes poutres d’acier qu’il utilise comme matériau principal.
 
 
L’artiste et son travail :
 
Quasiment autodidacte, il découvre à 11 ans un livre d’art consacré à Renoir dans la vitrine d’un marchand et réalise qu’il veut dédier sa vie à l’art. D’une famille très modeste, il ne peut entamer des études d’art et il ne s’engage dans cette voie qu’à vingt ans comme décorateur à l’Opéra de Nice où il développe un goût de la mise en scène et de la démesure.
Dès les années 1960, il rejoint l’artiste,  sculpteur  et plasticien Arman à New York et se place à l’avant-poste du mouvement conceptuel. Il y ajoute une bonne dose de provocation et une passion pour la théorie mathématique du réel (cliquez ici pour une approche de la théorie). Bernard Venet cherche à  mener l’abstraction au point ultime. L’univers des mathématiques et des sciences pures le fascine au point de devenir son sujet de prédilection.
Son œuvre prend une orientation nouvelle dès 1979. Il s’affirme sur le terrain de la sculpture avec la série des Lignes Indéterminées, des lignes d’acier qui vont faire sa réputation dans le monde entier. Il cherche à réinventer la ligne chaotique, instable (notion de chaos déterministe) sur un plan artistique manifestant un intérêt particulier pour « le hasard et la prédictibilité ». Le désordre, la complexité et l’indétermination deviennent des obsessions qu’il traduit plastiquement avec un sens de l’épurement et de la sobriété à travers des gestes radicaux inspirés par l’arithmétique.
Malgré une grande exposition à Versailles en 2011,  Bernard Venet reste boudé des français, alors que son travail est applaudi par les critiques américains, soutenue par les musées allemands et adulée par le marché coréen.

 

Charlène Bouchard

Répondre

CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
15 + 5 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.