Partez à la rencontre du Paris révolutionnaire !

Vous visitez Paris pour la première fois, mais vous abhorrez ces « tour-bus » où s’entassent les touristes pour avoir un aperçu de tous les monuments symboliques de la capitale ? Vous en avez assez que l’on vous vende la sempiternelle Tour Eiffel, les Champs-Elysées, l’Arc de Triomphe, la cathédrale Notre-Dame et surtout les heures de queue qui vont avec ? Vous voulez découvrir à pied le Paris historique, le Paris des grands moments de l’histoire française, Paris sous un autre angle, Paris sous la Révolution !  Revivez donc les grands moments de la révolution avec ce parcours historique. Sur deux jours, visitez quatre lieux emblématiques de la révolution française et portez votre regard au-delà des dorures de Versailles et de Notre Dame de fer pour moins de 40 € !

ÉTAPE 1 : LE CHAMPS-DE-MARS

Jean-Louis Prieur (dessin) et Pierre-Gabriel Berthault (gravure), Publication de la loi martiale au Champ de Mars, le 17 juillet 1791, estampe, 50 x 32,5 cm, Paris, Musée Carnavalet, 1799

Rendez-vous aux Champs-de-Mars pour débuter votre parcours. Haut lieu des grandes manifestations nationales, aujourd’hui paisible parc, celui-ci a autrefois été le théâtre de sanglantes répressions. Le 17 juillet 1791, alors que le peuple est en effet rassemblé pour signer une pétition révoquant les droits du Roi et établissant la République, le maire de Paris déclare la loi martiale et interdit tout rassemblement. La garde nationale ouvre le feu sur la foule, faisant une cinquantaine de morts, des centaines de blessés, exacerbant toujours plus les tensions entre républicains et monarchistes.

Profitez d’une balade dans les vertes allées du jardin, et tendez l’oreille vers l’écho lointain des canons qui résonne encore sur cette grand-place militaire au souvenir de cette journée funeste. Visitez librement le lieu, ou profitez d’une visite guidée réservable sur cultival.fr pour la somme de 13 € !

Vue du Champs-de-Mars © DR

ÉTAPE 2 : LES INVALIDES ET LE MUSÉE DE L'ARMÉE

Jean-Louis Prieur (dessin) et Pierre-Gabriel Berthault (gravure), Prise des armes aux Invalides dans la matinée du 14 juillet 1789, estampe, 50 x 32,5 cm, Paris, Musée Carnavalet, 1794

Continuez votre parcours en vous dirigeant vers les Invalides et le Musée de l’Armée. Prélude à la prise de la Bastille, événement majeur de la Révolution, cet hôtel est assailli le 14 juillet 1789 par le peuple mécontent du renvoi du ministre des finances Jacques Necker et apeuré par la présence de troupes étrangères appelées par le Roi dans la capitale pour contrer les fédérés. Cherchant à s’armer, ceux-ci escaladent les grilles et prennent possession de plusieurs centaines de fusils. Il manque cependant les munitions toujours entreposées à la Bastille : c’est leur prochaine étape !

Avant de monter à l’assaut de la prison, qui sera notre dernière étape, prenez le temps de visiter le Musée de l’Armée à l’intérieur de ce grand hôtel érigé sous Louis XIV pour héberger les invalides de son armée. L’entrée y est à 12 €.

Vue de la cour intérieure des Invalides © Shutterstock

ÉTAPE 3 : JARDIN DES TUILERIES, PALAIS-ROYAL ET MUSÉE DU LOUVRE

Jean Duplessis-Bertaux, La prise des Tuileries le 10 août 1792, huile sur toile, 192 x 124 cm, Versailles, Musée du château de Versailles, 1793

Pour notre deuxième jour de visite, laissez vos pas vous guider en plein cœur de Paris, en bord de Seine, où les révolutionnaires ont pris leurs quartiers au sein du Jardin des Tuileries, du Palais-Royal et du Louvre.

A la veille de la Révolution, le Palais-Royal est au cœur d’un mouvement de révolte croissant. Le renvoi de Necker par Louis XVI à Versailles ne fera qu’attiser les braises de cette colère. Le 12 juillet 1789, il devient ainsi le foyer de cette insurrection quand Camille Desmoulins, grand révolutionnaire et journaliste français, appelle à la Révolution en grimpant sur une table et ralliant le peuple en prenant pour cocarde et signe distinctif les feuilles d’arbres du jardin. Véritable étincelle sur le feu du mécontentement des parisiens, cet épisode mènera deux jours plus tard à la prise de la Bastille.

L’accès y est libre et gratuit, profitez-en donc pour déambuler dans les galeries et jardins qui ont vu naître ce mouvement de contestation, avant de passer devant la Comédie Française pour rejoindre le Jardin des Tuileries.

Au Jardin des Tuileries, l’ambiance est également électrique ! À l’été 1792, suite à de multiples défaites militaires, la stabilité politique est précaire. Le peuple craint une invasion allemande soutenue par le Roi de France. Ce climat échauffe les esprits des révolutionnaires, surnommés les « sans culottes », qui se préparent à une journée d’action, plus tard considérée comme l’une des plus décisives de la Révolution. Le 10 août 1792, ceux-ci prennent d’assaut le palais des Tuileries (aujourd’hui détruit), siège du pouvoir exécutif et de l’Assemblée : une bataille qui fera près de 300 morts dans chaque camp. Elle marque la chute de la monarchie constitutionnelle :  les pouvoirs de Louis XVI sont révoqués.

De même qu’au Palais-Royal, l’accès en est gratuit ! Traversez-le jusqu’à atteindre le Louvre et sa célèbre pyramide.

Après avoir longtemps hébergé la famille royale, celui-ci devient le « Muséum central des arts de la République » le 10 août 1793, un après la chute de la monarchie. Il abrite aujourd’hui près de 554 731 œuvres, en faisant l’une des institutions culturelles les plus connues au monde. Pénétrez sous le dôme de verre pour la somme de 17 €, et poursuivez votre périple révolutionnaire en passant par les salles qui en abritent les représentations : Marat assassinéLe Triomphe de la Constitution de 1793, Le 10 août 1792

Vue du Jardin des Tuileries © Thinkstock

ÉTAPE 4 : PLACE DE LA BASTILLE ET MUSÉE CARNAVALET

Jean-Pierre Houël, La Prise de la Bastille, aquarelle, 50,5 x 37,8 cm, Paris, BnF, 1789

Pour notre dernière étape, dirigeons-nous vers le cœur battant de la Révolution, place de la Bastille ! On peine à croire en arrivant sur les lieux que se dressait là, il y a à peine deux siècles, cette place forte de plus de 24 mètres de haut, symbole absolu du pouvoir de l’Ancien Régime. 24 mètres que les émeutiers gravissent et mettent à mal le 14 juillet 1789, jour de la prise de la Bastille. Déçu du renvoi de Necker, inquiété par la potentialité d’un complot aristocratique visant à massacrer ses patriotes, apeuré par l’éventualité d’une disette liée à l’augmentation du prix du pain, le peuple se révolte et prend les armes aux Invalides avant de se rendre à la Bastille, qu’il assiège jusqu’à obtenir sa reddition. Dès le 15 juillet, la prison commence à être démolie. Il n’en reste plus rien aujourd’hui, sauf quelques vestiges de la Tour de la Liberté. Pour en savoir plus sur cet évènement, poussez non loin de là les portes du musée Carnavalet, qui conserve à ce jour la plus importante collection au monde consacrée à la Révolution française : et en plus, c’est gratuit !

Vue de la place de la Bastille © François Grunberg / Ville de Paris

BONUS : LA RÉVOLUTION ET SES GRAND-PLACES

Charles Monnet (dessinateur) et Isidore-Stanislas Helman (graveur), L'exécution de Louis XVI, estampe, 48,6 x 33,2 cm, Paris, Musée Carnavalet, 1794

Pour les plus courageux d’entre vous, n’hésitez pas à rallonger votre parcours en passant par les nombreuses places révolutionnaires qui jouxtent votre itinéraire : place de la Concorde, place Vendôme, place de l’Hôtel-de-Ville, elles sont nombreuses à avoir vu tomber les têtes couronnées sous la guillotine révolutionnaire.

Vue de la place de la Concorde © OTCP - Amélie Dupont

Et pour les gourmands, une petite pause au café Procope s’impose ! Ce bistrot a accueilli au XVIIIsiècle les grands noms de la Révolution, le club des Cordeliers, Danton, Marat, et Camille Desmoulins qui en dit même : « Ce café n’est point orné comme les autres de glaces, de dorures et de bustes, mais il est paré du souvenir de Grands Hommes qui l’ont fréquenté et dont les ouvrages en couvriraient les murs s’ils y étaient rangés. » Foyer tactique insurrectionnel, ses murs furent le point de départ de nombreux mouvements révolutionnaires, parmi lesquels l’attaque du palais des Tuileries, que vous avez déjà rencontré sur votre chemin. Sustentez-vous en faisant votre choix parmi les menus copieux, de 21,90€ à 38,50€, ou arrêtez-vous-y juste pour un café ou une boisson chaude. Il serait dommage de passer à côté de ce haut lieu d’histoire, qui a vu se succéder en son sein les plus grands écrivains et intellectuels : de Rousseau à Voltaire en passant par Diderot, asseyez-vous à l’une de ces tables sur lesquelles se sont autrefois penchés les esprits de ces grands messieurs !

Réservation disponible et conseillée sur http://procope.com !

Vue du Café Procope © Raoul Dobremel

Dans la même catégorie

Il était une fois dans l'Est parisien...

par Daphne Lachouque le 02/12/2019