A partir d'octobre 2010, les étudiants du master MCEI publient en ligne un billet quoditien concernant l'actualité culturelle et interculturelle.

Depuis le 1er février 2013,  j’ai travaillé au sein de l’association Mot-et-Mots qui a pour but de promouvoir et défendre le mot sous toutes ses formes artistiques  en organisant le Festival du Mot à la Charité-sur-Loire en Bourgogne.

Le violeur de papier

mar, 01/15/2013 - 14:24 | Ajouter un commentaire

En 2007, la villa Greiner de Strasbourg présente un nouveau musée : le Musée Tomi Ungerer. Pour la première fois en France, un musée est dédié à un artiste de son vivant. Rien d'étonnant lorsque l'on connaît l'envergure internationale et le talent de l'artiste en question. Plus puissant, plus émouvant et plus vivant que le musée, le film Tomi Ungerer, l'esprit frappeur de Brad Berstein nous raconte le parcours de l'illustrateur, un homme de génie. Une fascinante histoire dans l'Histoire.

Selon le calendrier grégorien et dans la plupart des pays, on fête la New Year’s Eve le 31 décembre pour accueillir la nouvelle année aux douze coups de minuit. Champagne, cotillons, embrassades et bonnes résolutions sont de coutumes. Ailleurs, ce jour est célébré selon des calendriers, des religions et des traditions différentes. Au delà de ces différences, c’est le fait de se réunir, de partager et de festoyer en famille et entres amis, sur un ou plusieurs jours, qui fait l’universalité de cette fête. 

A quoi s’accroche-t-on quand tout est fini dans nos amours ? Quand le cœur brisé en mille morceaux se perd ? L’espoir de le / la retrouver un jour ou celui de se tourner vers de nouveaux horizons? En cette fin d’année 2012, le temps est au souvenir. Le souvenir cristallisé d’une histoire interrompue, d’une déception sentimentale, dans un objet, un texte, un poème… La réminiscence des multiples adieux se retrouvent au CENTQUATRE, cimetière de l’amour le temps d’une exposition.

El Gusto est le nom que donne Safinez Bousbia, réalisatrice et productrice, à l’orchestre et au film-documentaire réalisé sur la musique Chaabi (شعبي) qui veut dire en arabe : populaire. Safinez Bousbia native de cette grande ville, Alger, se promène dans les rues de la Casbah quand soudain attirée par un miroir accroché à une échoppe, elle se dirige vers le magasin pour l’acheter. De fil en aiguille, la discussion menée avec le marchand, qui connait bien la musique Chaabi, lui révèle une volonté de redonner à cette musique l’harmonie des années 20, une volonté ardente de réunir de nouveau Juifs et Musulmans connus avant l’indépendance et qui formaient un seul groupe, une seule force et une seule voix pour  interpréter cette belle musique. Après un vrai travail de recherche, établi par cette réalisatrice, les 42 musiciens, Algériens et Français, forment un orchestre inédit.

La Source des femmes est un film du réalisateur français Radu Mihaileanu, sorti en 2011 et a fait partie de la sélection du festival de Cannes de cette même année. Il est inspiré d’un fait divers : en 2001 dans un village de Turquie, les femmes procèdent à une grève de l’amour pour obtenir l’eau courante.

Inauguré le 14 novembre 1992 à l’initiative du maire de Sannois, Yanick Paternotte, et de son adjointe à la Culture Lucienne Fanjas, l’Espace Michel Berger, l’EMB, a fêté ses vingt ans en cette fin d’année 2012. Du 27 septembre au 21 décembre, dix-huit concerts inédits ont été l’occasion de nous faire découvrir pour certains et redécouvrir pour d’autres les artistes et les genres qui ont marqué les vingt dernières années de sa gloire. Retour sur cette belle aventure.

Sans rancune, Israël !

lun, 01/07/2013 - 21:32

Qui, mieux que le Dr Izzeldin Abuelaish, peut raconter une vie emprisonnée dans le conflit israélo-palestinien ? Né au milieu du conflit et ayant vécu la plus grande partie de sa vie dans la bande de Gaza, terre longue de quarante kilomètres sur douze de large, le Dr Abuelaish raconte, dans Je ne haïrai point (I Shall Not Hate), son histoire, celle de son enfance, son parcours, le quotidien de sa famille, celui de ses voisins et de chaque Palestinien qui vit dans ce territoire.

Indian Spirit

sam, 12/22/2012 - 18:30 | Ajouter un commentaire

Halte au tumulte de la vie quotidienne ! Et si nous prenions une pause, que nous nous recentrions sur nous-mêmes et que nous explorions nos origines... 

    « Art du jeu, jeu dans l'art ». Un titre magnifique pour une exposition riche et originale. Le chiasme lie subtilement le jeu à l'art, comme sujet et objet artistique. Jusqu'au 4 mars 2013, le musée de Cluny dévoile des œuvres relatives au jeu, de l'Antiquité au Moyen Âge (et même parfois jusqu'au XVIIe siècle), de Babylone aux terre profondes de l'Écosse et de ses ancêtres Vikings. À découvrir absolument !