Etiquette "musique"

Devenue en trois ans un lieu phare de création et de diffusion artistique indépendante et émergente, la Station - Gare des Mines contribue continuellement à la vivacité culturelle francilienne. Ancienne friche, elle demeure un excellent compromis entre repaire d'expérimentation et ambiance de fête joyeuse. De par ses multiples casquettes, le lieu est fédérateur et en constante ébulition. 


La Colonie de Vacances (27 et 28 juin 2018) ©  Guendalina Flamini

Du Petit Pays à l'Olympia

Le groupe Kolinga qui ouvre la performance donne le ton en première partie avec des morceaux repris de son album Earthquake : le jazz, la soul et le folk se recontrent sur des loop envoûtantes ; le voyage s'amorce par une rencontre avec les eaux miroitantes et les forêt luxuriantes du Congo. Du paisible à l'endiablé, nous voilà au seuil d'une formidable nuit. L'Olympia s'éteint enfin après 20 minutes de stand-up pour laisser passer les derniers arrivants. Et là, devant un mur de lumières versatiles comme un clin d'oeil au rythme changeant des rues de Bujumbura, Gaël Faye apparait entre Guillaume Poncelet au piano - dont le solo de trompette nous aura laissés pantois et ivres d'admiration - et le son électrique des samples. Comme une invitation à perdre nos repères, il choisit d'ouvrir son concert par Tôt le matin. L'homme porte une veste qui attire l'oeil par ses relfets métalliques et chatoyants, mais ce sont surtout ses pas de danse mémorables qui marquent le début du show.

Pas de doute, à l'Olympia Gaël Faye est là pour foutre le faya.

Bohemian Rhapsody, c’est le titre qui permet au groupe Queen de bouleverser les codes du rock, c’est six semaines d’enregistrement pour six minutes de musique magistrale, c’est du piano, c’est un solo de guitare mythique, et désormais c’est aussi le titre d’un grand biopic sur le chanteur du groupe : Freddie Mercury.